Quelles sont les personnelles concernées de la formation DIF ?

la formation DIF

Publié le : 04 avril 20183 mins de lecture

Un grand nombre de salariés rêvent de pouvoir suivre des formations pour renforcer leurs connaissances ou acquérir de nouvelles compétences actuellement. Voilà pourquoi, le DIF qui est devenu CPF depuis le 1er janvier 2015, a été créé. Mais, qui peut prétendre au DIF de nos jours?

Les salariés en CDI

Tous les salariés qui travaillent depuis un an sous contrat de durée indéterminée (CDI) peuvent prétendre au droit individuel à la formation ou DIF. Ils ont droit à 20 heures de formation chaque année. Le salarié concerné doit faire une demande auprès de son employeur dans le cas où celui-ci ne prend pas l’initiative de proposer lui-même une formation. Il n’y a pas de modalités précises pour évoquer le droit au DIF à l’employeur, mais la logique serait de faire la demande par écrit en précisant les informations nécessaires sur la formation pour permettre à l’employeur de donner son accord. Le mieux est de faire parvenir la demande le plus tôt possible à l’employeur pour éviter de le prendre de court.

À explorer aussi : Le principe de la formation DIF

Les salariés en CDD

Tous les salariés en CDD peuvent demander à bénéficier du DIF (CPF dorénavant) dès lors qu’ils ont accompli 4 mois de travail au cours des 12 mois précédant la prise de fonction ou une année de travail à mi-temps. Les employés sous CDD ne bénéficient toutefois que de 10 heures de formation par an. Pour le cas d’un intérimaire, celui-ci doit justifier de 2 700 heures de travail temporaire pour pouvoir prétendre à une formation. Tout comme un employé en CDI, celui en CDD doit faire une demande de DIF auprès de son employeur lorsqu’une formation l’intéresse.

À explorer aussi : Quelle est la rémunération pendant la formation DIF?

Les salariés licenciés

Lorsque le contrat de travail a été rompu, quelle qu’en soit la raison, le salarié qui perd son emploi a toujours droit à son DIF parce que celui-ci est portable. En revanche, l’employeur doit mentionner les droits du salarié licencié dans la lettre de licenciement pour que celui-ci puisse les utiliser. Pareillement, les droits acquis dans le cadre du DIF doivent être mentionnés dans le certificat de travail. Le salarié qui a été licencié peut suivre la formation qui l’intéresse pendant la période de préavis. S’il ne le fait pas, son droit à la formation lui est toujours accessible durant la période de chômage. S’il trouve rapidement du travail, ses précédentes heures de formation sont cumulées avec les nouvelles et il pourra les utiliser dans un délai de 2 ans après la signature de son nouveau contrat de travail. Pour en savoir plus sur les formations pour adultes, visitez le site www.formation-adulte.eu.

Plan du site